L’île Maurice

Perle de l’océan indien, l’île Maurice est souvent reconnue comme une des destinations privilégiées des amoureux. Au creux de l’archipel des Mascareignes, elle offre en effet de longues plages de sable fin, des cocotiers et des hôtels luxueux en bord de mer. Mais, l’île Maurice est aussi un mélange culturel, gastronomique, géographique et ethnique, débordant de couleurs et d’odeurs variées.

Les paysages

Certes, les plages sont sublimes et l’eau est turquoise. Mais, cet endroit est l’écrin d’autres merveilles à voir absolument. Vous pouvez par exemple gravir le Morne Brabant, haut de 555 mètres, et ancien refuge pour les esclaves de l’île. Entouré d’un lagon, il offre une vue magnifique et permet d’admirer des espèces de plantes endémiques.

Plus au sud, la terre aux sept couleurs tient son nom de sa composition. Issu de cendres volcaniques, le sable qui la recouvre est ocre, brun, mauve ou rouge et compose des petites dunes. Si vous désirez faire un voyage à l’île Maurice, n’hésitez pas à vous rendre sur ce site : pour en savoir plus sur la préparation d’un tel voyage.

L’île est aussi dotée d’un parc national, le parc des gorges de la Rivière Noire. Vous parcourez dans ce lieu des kilomètres de forêts vierges, grâce à des sentiers aménagés. Plantes et animaux y sont farouchement protégés.

La plage Gris-Gris est réputée pour ses vagues impressionnantes. En effet, non protégée par le massif coralien, elle reçoit de plein fouet les assauts de l’océan indien.

Les cultures et les traditions

Longtemps colonisée, chaque endroit de l’île évoque un moment de son histoire. Ainsi, les Mauriciens ont des origines diverses. Africain, indien, européen, chinois ou métissé, chacun a gardé sa propre culture, sa religion, ses recettes traditionnelles …

L’île est ainsi jalonnée d’églises, de temples, de pagodes, de mosquées, accueillant les habitants suivant leurs convictions.

Les traditions restent fortes et de grandes fêtes sont organisées. La plus célèbre est la fête des lumières, nommée Divali. Elle dure cinq jours et rassemblent les insulaires, chacun munis de petites lampes qui illuminent les rues et qui sont dédiées à la déesse de la richesse.

Les mauriciens mettent un point d’honneur à célébrer la joie. La musique et la danse font ainsi partie de leur quotidien. Le séga est principalement écouté et dansé. Mais, le son du reggae et du seggae parcourent aussi les rues. Les instruments de musique sont simples. Ils utilisent la maravane, boîte remplie de cailloux que l’on secoue, la ravane, tambour rudimentaire fabriqué avec une peau de chèvre et le triangle.

L’artisanat est omniprésent dans la vie de tous les jours. Il est aussi un revenu supplémentaire. La vannerie est principalement réputée et se décline en sacs, paniers, nasses, nattes … Mais, les bijoux sont aussi nombreux. La gamme proposée est très large. Si certains fabriquent des bagues, colliers ou autres bracelets avec des pierres dites précieuses, d’autres récupèrent sur les plages coquillages ou morceaux de bois et s’en servent d’éléments de bases pour confectionner des bijoux. Tous les styles et tous les budgets se côtoient. Certains artisans sont aussi spécialisés dans la fabrication de maquettes de bateaux.

Les marchés regorgent d’épices, de vanille, de thés variés, de rhum, qui attireront gourmands et gourmets.

L’architecture

Ile de tous les contrastes, l’architecture n’échappe pas à cette ambiance. Si les grands hôtels sont des constructions très modernes, avec piscine, spa et un confort reconnu, les villages gardent encore la trace des maisons traditionnelles mauriciennes. Chacune d’entre elles est l’image de la douceur et de la joie de vivre des insulaires. L’île a principalement été habitée par des ouvriers agricoles et par des ouvriers d’usines, jusque vers les années 1930. Petit à petit, ils sont devenus propriétaires de ce qui ressemblait plus à une case qu’à une habitation. Les maisons sont ainsi restées typiques et les mauriciens, très fiers de leur logis, acquis grâce à leur travail, apporte un soin tout particulier à la couleur de leur façade, généralement très colorée et à la décoration, autant dans la maison que dans le jardin. Les rues sont ainsi bordées d’habitation aux couleurs chatoyantes, toujours entourées d’un jardin plus ou moins grands.

Indépendante depuis 1968, l’île Maurice a su conserver la diversité qui fait sa réputation, offrant ainsi dans tous les domaines des contrastes saisissants. Les balades dans les villages et les villes vous font ainsi passer du temple à la pagode, du dholl puri au mine frit, de l’hôtel de luxe à la petite maison traditionnelle, de la voiture moderne à la charrette tirée par des bœufs … Tout ceci accompagnée par la gentillesse et la serviabilité légendaires des mauriciens.